Dossier tabac : le guide pour en finir avec la cigarette

Dès l’arrêt de la cigarette, quelques semaines suffisent pour prendre conscience de l’odeur du tabac froid. Sur les vêtements, dans les voitures, les intérieurs…

Cette sensation vous est étrangère ? Alors il faut envisager l’arrêt de la cigarette ! Pour le bien-être que vous ressentirez, pour apaiser ceux qui tiennent à vous et surtout pour vivre plus longtemps. Rassurez-vous, devenir non-fumeur est à la portée de tous et c’est même plus facile qu’on ne le pense car le bien-être et la fierté compensent largement le manque.

Voici des pistes pour retrouver votre liberté : d’abord, vous comprendrez pourquoi arrêter de fumer, ensuite, nous vous dirons comment Alptis peut vous y aider. Stop au tabac !

En finir avec le tabac, le guide ultime pour vous aider à arrêter de fumer

Pour vivre plus longtemps et en bonne santé : arrêtez de fumer !

Derrière la convivialité d’une pause cigarette, il y a des vies humaines et des familles endeuillées. Nous admettons être bien informés sur les conséquences du tabagisme, pourtant l’addiction l’emporte sur notre volonté et nous remisons cette idée qui nous importune. Pendant ce temps, la recherche médicale constate régulièrement de nouveaux effets du tabac sur la santé.

Cancers et maladies cardio-vasculaires

Le tabac est le 1er facteur de risque de cancer dans le monde.

Chaque année en France, il tue plus de 75 000 personnes (73% d’hommes, 27% de femmes). Il est à l’origine de 45 000 décès par cancer, majoritairement du poumon. Ainsi, le cancer du poumon est le 3e cancer le plus fréquent en France mais aussi le plus meurtrier et paradoxalement, le plus évitable.

Mais aussi… Athérosclérose (encombrement des artères), crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux, etc. Les maladies cardiovasculaires provoquent un quart des décès liés au tabac. En cause, les substances chimiques nocives de la cigarette, dont le monoxyde de carbone. Elles réduisent la quantité d’oxygène dans le sang et endommagent les parois des vaisseaux sanguins.

Sachez que les effets du tabac sur le système cardiovasculaire ne sont pas proportionnels à la quantité consommée. Même à faible dose, il est dangereux de fumer.

Des risques à long terme

Une récente étude de l’Institut Pasteur parue dans la revue Nature en février 2024 vient de démontrer que le tabagisme endommagerait l’immunité des fumeurs (ça, nous le savions déjà), mais aussi celle des ex-fumeurs. En effet, la réponse immunitaire adaptative, celle que le corps déclenche à la suite d’une affection, serait moins efficace malgré l’arrêt du tabac. Dans ce cas, l’immunité générale serait plus proche de celle d’un fumeur que d’un non-fumeur et le phénomène inflammatoire serait amplifié. Cet effet perdurerait sur plus de 10 à 15 ans après le sevrage, rendant sur le moyen-long terme, les fumeurs et les ex-fumeurs plus fragiles en cas d’infection.

Augmenter son espérance de vie

En théorie, chaque cigarette consommée volerait 11 minutes de vie, soit, selon diverses études, 6,5 années au total. A contrario, l’arrêt du tabac dès 40 ans permettrait de gagner 7 ans d’espérance de vie. Plus on arrête tôt, plus les bénéfices sont importants !

Le mieux, reste encore de ne jamais commencer. Le Centre Léon Bérard, spécialisé en cancérologie, note qu’en 2020 une personne sur deux de 18 à 34 ans déclarait fumer, et selon Santé Publique France, aujourd’hui, un fumeur sur deux meurt des causes du tabagisme… On imagine l’hécatombe à venir. C’est pourquoi la prévention concentre son action sur la jeunesse, tout comme le marketing des cigarettiers qui joue son avenir et sa prospérité sur l’insouciance de cette cible de consommateurs.

Retenez qu’il n’est jamais trop tard pour se sevrer de la cigarette. En arrêtant, vous améliorez rapidement votre bien-être et réduisez le risque de développer une maladie liée au tabac, quel que soit votre âge.

Tabagisme passif, quelles conséquences sur l’entourage ?

Le tabac n’est pas seulement désagréable pour l’entourage, il est aussi toxique. Être responsable, c’est protéger les autres en évitant leur exposition à la fumée aussi bien en intérieur qu’auprès d’une fenêtre ouverte ou même en extérieur. En effet selon Santé Publique France, la fumée passive augmente de 20 à 30% le risque de développer un cancer du poumon et fait plus de 1100 victimes chaque année en France.

Par ailleurs, grâce à plusieurs décennies de prévention, on connait la nécessité de préserver les enfants des environnement enfumés et notamment les fœtus dans le ventre de leur mère. On connait moins les conséquences de la fumée dite « tertiaire », qui désigne les particules nocives subsistant sur les surfaces (parquets, tissus etc). Particulièrement toxiques pour les jeunes enfants plus proches du sol (le risque de mort subite du nourrisson est multiplié par 5), ces fumées s’accumulent dans la maison et la voiture.

Enfin, on connait désormais la valeur de l’exemple. Fumer sous le regard d’un enfant, revient à l’autoriser à faire de même à l’âge adulte. Un enfant de parents fumeurs aura quatre fois plus de risques de reproduire la même addiction au cours de sa vie et 30% de probabilité de commencer entre 11 et 14 ans…

Des arguments pour se convaincre d’arrêter de fumer

Pour toutes ces raison, l’arrêt du tabac est la meilleure et la seule décision à prendre dès aujourd’hui. Elle marquera le début de votre nouvelle vie. Même s’il faut parfois faire plusieurs tentatives pour réussir son sevrage, chaque étape franchie est une victoire.

Arrêt du tabac : des amélioration ressenties à court et long terme

Que se passe-t-il dès les premiers instants ? Immédiatement après la dernière cigarette, le corps commence à se rétablir : la pression sanguine et le rythme cardiaque se normalisent en seulement 20 minutes. En huit heures, le niveau de monoxyde de carbone dans le sang diminue de moitié, permettant une meilleure oxygénation des cellules. Après 24 heures, le risque d’infarctus du myocarde commence déjà à diminuer.

Les sens du goût et de l’odorat s’améliorent après 48 heures et la respiration devient plus aisée en trois jours grâce au relâchement des bronches. Les bénéfices à moyen terme incluent la normalisation de la coagulation sanguine après deux semaines, réduisant ainsi le risque d’accidents cardiovasculaires. Trois mois après l’arrêt, la toux et la fatigue s’atténuent, les capacités respiratoires s’améliorent significativement.

Un an sans tabac et le risque d’accident vasculaire cérébral est similaire à celui d’une personne n’ayant jamais fumé ! Après cinq ans, le risque d’infarctus du myocarde est réduit de moitié.

Le bien-être psychologique

Les bienfaits physiologiques de l’arrêt du tabac sont également soutenus par des changements psychologiques mesurables. Une étude de Santé Publique France indique que 59 % des fumeurs quotidiens souhaitent arrêter de fumer et ceux qui franchissent le pas rapportent souvent une augmentation de leur estime de soi et une réduction de l’anxiété et de la dépression. On note également que l’arrêt du tabac conduit à une baisse du stress et à une amélioration de la qualité du sommeil, ce qui contribue à une meilleure santé mentale globale.

Le coût personnel

Autre conséquence rapidement appréciable : l’arrêt de la cigarette est très positif pour votre portefeuille ! En France, les économies réalisées peuvent s’élever à environ de 330 euros par mois, soit près de 4000 euros par an. Avec la revalorisation régulière du prix du tabac, se sevrer est un investissement pour l’avenir ! Rendez-vous sur cette page pour calculer le montant de vos prochaines économies.

Nous vous souhaitons de vite découvrir combien il est stimulant de ne plus se sentir sous la contrainte d’acheter quotidiennement des cigarettes.

Choisir la stratégie pour arrêter de fumer

Arrêter de fumer est un véritable défi qui mobilise des ressources personnelles fortes pour surpasser la puissance de l’habitude, de la convivialité et de l’addiction physique.

La première étape consiste à définir la bonne stratégie, qui peut varier d’une personne à l’autre. Certains trouvent plus efficace d’arrêter brusquement, tandis que d’autres préfèrent réduire leur consommation petit à petit. Si vous choisissez la méthode progressive, vous devez l’envisager comme une étape de courte durée menant à une phase d’arrêt total.

La prise en charge des substituts nicotiniques

Pour mettre toutes les chances de votre côté, votre premier conseil est votre médecin. Il vous soutiendra jusqu’à l’arrêt total du tabac. Il est possible que votre généraliste vous propose des substituts nicotiniques, tels que les patchs, les gommes ou les inhalateurs, pour vous aider à mieux gérer les envies et les symptômes de sevrage. Très efficaces, ces substituts permettent d’augmenter vos chances de réussite de 50 à 60%. Sur prescription de nombreux professionnels de santé (généraliste, dentiste, sage-femme, etc.), l’Assurance Maladie rembourse 65% de ces traitements (voir la liste des substituts nicotiniques pris en charge ici) et si vous êtes assuré par Alptis, le ticket modérateur (le coût restant) est couvert par votre complémentaire santé.

Le cas de la femme enceinte

L’arrêt de la cigarette est fortement recommandé dès le désir d’enfant. Cependant, 17 % des futures fument encore au cours du 3e mois de grossesse et cela représente un risque non seulement pour le fœtus mais aussi pour l’enfant à naitre qui pourra développer d’avantage d’infections ORL ou d’allergies.

Pour accompagner les femmes enceintes, le site sante.gouv.fr recommande la lecture du guide Vivre sa grossesse sans tabac, une mine d’informations pour envisager sa maternité sainement.

Pendant ou après le sevrage du tabac, gérer les moments difficiles et les rechutes 

Comme lors d’un exploit sportif, la réussite dépend de votre mental. Il est important de savoir gérer les moments difficiles et les rechutes qui font partie intégrante du processus de sevrage. Vous devez comprendre qu’il s’agit d’un parcours non linéaire et être prêt à reprendre le chemin après une rechute.

Des services sont à votre disposition pour vous épauler à chaque étape. Pour commencer, vous pouvez consulter un tabacologue par téléphone au 39 89 et télécharger l’application Tabac Info Service pour bénéficier d’un service de coaching gratuit.

Si vous soutenez un proche dans son sevrage tabagique, nous vous recommandons de l’encourager, de l’écouter et de créer un environnement sans tabac. Pour cela, il peut être utile d’éviter toute tentation pendant quelques temps et certains lieux, personnes ou événements.

En somme, dire adieu au tabac, c’est prendre la décision courageuse de se libérer d’une dépendance qui entrave la liberté et la qualité de vie. C’est choisir de privilégier sa santé et celle de ses proches, de respirer un air pur et de redécouvrir les saveurs et les odeurs que le tabac avait masquées. Chaque cigarette non fumée est une victoire. Alors, regardez vers l’avenir. L’arrêt du tabac n’est pas une fin mais le début d’un nouveau chapitre d’une vie bien plus agréable.