Cosmoz : « Se soigner avec les plantes, c’est quelque chose qui nous tient à cœur »

Par Mathieu

A 26 ans, Louis et Sylvain sont tous deux ingénieurs. Ils ont intégré la quatrième saison du 25, l’incubateur Alptis Jean Moulin avec leur start-up, Cosmoz. L’idée : concevoir et vendre des cosmétiques bio. A priori, rien ne les destinait à l’entrepreneuriat… jusqu’à un voyage presque initiatique réalisé à l’autre bout du monde.

Cosmoz, une histoire qui commence à l’autre bout du monde

Je suis ingénieur en chimie de formation. Rien ne me prédestinait à l’entrepreneuriat jusqu’à un voyage en Nouvelle-Zélande en 2015. Je suis parti vivre en immersion chez les Maoris. J’ai alors découvert que le manuka faisait partie intégrante de la culture de ce peuple indigène. Racine, écorce, feuille et miel, ils utilisent tout de cet arbrisseau et sous toutes ses formes pour se soigner. C’est en rentrant en France et avec ce vécu en tête que je me suis lancé dans l’entrepreneuriat avec Sylvain en créant une gamme de produits cosmétiques bio – Cosmoz – au sein de laquelle le manuka trouve une place de choix.

Des matières premières bio et une gamme de quatre produits

Aujourd’hui, notre gamme est constituée de quatre produits tous fabriqués localement, en Ardèche plus précisément : un lait pour le corps, un sérum pour les boutons, une crème pour les mains et une pour le visage. Nous avons voulu réduire au maximum le nombre de matières premières pour limiter les éventuels effets nocifs liés aux mélanges. Nos composants principaux sont ainsi des huiles végétales bio ou des huiles essentielles, de l’amidon de maïs, de l’eau et évidemment le miel de manuka, et c’est tout !

Une start-up qui casse les codes, pas les valeurs

Sylvain et moi avons une approche directe de la cosmétique bio. Nous faisons des produits qui vont à l’essentiel : très simples en packaging, en composition, en discours. Ce qui compte pour nous, c’est de montrer la naturalité des produits. La « chimie verte », ça fonctionne et ce n’est pas plus cher pour les consommateurs.

cosmoz alptis le 25

Sylvain et Louis les cofondateurs de Cosmoz

L’incubateur Le 25 pour « grandir »

A notre arrivée au 25, comme toutes les start-ups qui y sont, nous nous sommes sentis grandir. Être hébergé dans les locaux d’une entreprise comme Alptis nous responsabilise, nous permet de nous sentir comme une vraie entreprise. De plus, les collaborateurs d’Alptis s’intéressent à nos projets. Il y a des interactions, nous ne sommes plus tout seuls… Bref, on appartient à un véritable écosystème.

Si tu avais été un autre projet de l’incubateur Le 25 ?

J’aurais peut-être lancé Marchéco. J’aime beaucoup le concept de Thomas BALANA, son fondateur. Il sensibilise les collaborateurs, au cœur même des entreprises, aux problématiques de productions locales et d’agriculture biologique. Il raconte une vraie histoire. Il vous explique d’où les produits viennent, qui est le maraîcher, comment c’est produit. Son projet va marcher et exploser, j’en suis certain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA
Rafraîchir l'image

*