Les agriculteurs, des travailleurs indépendants en perpétuelle évolution

Par Mathieu

C’est le thème de la dernière étude publiée par l’Observatoire Alptis de la protection sociale. A la veille de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, qui fête cette année son 50ème anniversaire, Stéphane Rapelli, chercheur indépendant, s’est penché pour le compte de l’Observatoire sur le métier d’agriculteur et ses profondes mutations au cours des dernières décennies, ainsi que ses nouvelles tendances.

Au début du XXème siècle, près de la moitié de la population active exerçait une activité agricole… Aujourd’hui, moins de 3 % des actifs travaillent dans le secteur agricole. La baisse du nombre d’exploitations est elle aussi constante et rapide : en 2000, on en dénombrait 663.807 ; en 2010, elles n’étaient plus que 489.977.

La France reste le premier producteur agricole d’Europe, mais le portrait de l’agriculteur de 2013 a peu de caractéristiques en commun avec celui d’il y a 50 ans. Durant cette période, l’agriculture a profondément évolué, passant du modèle de la petite exploitation vivrière à celui du productivisme agricole des années 80. Aujourd’hui, ce modèle intensif est lui-même remis en question et un certain nombre d’exploitants se tournent vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

La question de la pérennité et du renouvellement des générations est également primordiale : aujourd’hui, près de la moitié des chefs d’exploitation ont plus de 52 ans.

La mutation du secteur agricole et de ses acteurs est loin d’être achevée. L’étude de Stéphane Rapelli et la Lettre de l’Observatoire n°34, qui en est une synthèse, nous aident à décrypter cette évolution, à travers analyses et témoignages.

Découvrez l’étude de l’Observatoire Alptis : « Les agriculteurs, des travailleurs indépendants en perpétuelle évolution »