Submind, de la communauté naît la marque

Par Mathieu

Derrière Submind, une start-up d’équipements spécialisée pour les apnéistes, il y a Matthias BRUNO. Ce jeune entrepreneur nous livre le dernier témoignage de la saison du 25, l’incubateur Alptis Université Jean Moulin Lyon 3, à quelques jours de l’arrivée des nouvelles « jeunes pousses ».

Submind, c’est l’histoire d’une communauté. Tu peux nous en dire plus ?

Je suis passionné d’apnée depuis mes 12 ans. Le déclic Submind s’est fait au cours d’un voyage en Egypte en 2014, dans un endroit qui est aussi un spot de plongée rassemblant des apnéistes du monde entier. Au-delà de la pratique sportive, ce que j’ai découvert, c’est surtout qu’il existe une véritable fraternité entre les apnéistes, qui partagent les mêmes valeurs. C’est à partir de cette expérience que je me suis dit qu’il y avait une marque communautaire à créer, qui puisse rassembler cette communauté. C’est comme ça que le concept Submind est né.

De ce déclic à la création d’entreprise, comment ça s’est concrétisé ?

Une idée ne sert à rien si tu n’en fais rien. Après ce voyage et à la fin de mon alternance en 2014, je me suis donc consacré entièrement au concept Submind. J’ai enchaîné et gagné des concours de création d’entreprise sur Lyon. Quand tu candidates, tu gagnes en crédibilité, ça te permet d’avancer et surtout de connaître les réseaux. La création d’entreprise, c’est avant tout une histoire de rencontres et d’affinités.

Lyon ville d’entrepreneurs, qu’est-ce que cet écosystème lyonnais a de plus ?

Lyon est une vraie chance pour la création d’entreprise, c’est une ville ultra dynamique, avec plusieurs réseaux qui coopèrent. Quand je suis arrivé ici, j’ai dit que je voulais créer ma boîte et là, on m’a aidé à trouver de l’argent pour mon projet. On m’a quasiment déroulé un tapis rouge… Ainsi, vous, chez Alptis, vous avez investi des moyens en accueillant le 25. Ici, à Lyon, il y a des gens bienveillants qui se battent tous les jours à nos côtés. Je pense que je n’aurai jamais pu faire ce que j’ai pu faire, ailleurs qu’à Lyon.

Un mot de ton vécu au « 25 » pour les « jeunes pousses » qui arrivent bientôt…

Avant d’arriver au 25 en janvier 2016, je travaillais chez moi, isolé, je galérais… Au 25, tu es dans une entreprise, tu te sens donc socialement intégré, tu dois respecter des horaires, tout ça rythme ton travail. Aujourd’hui, il est temps pour moi de passer le relais. Il y a quelque chose que j’ai adoré ici, c’est la cohésion entre tous les jeunes entrepreneurs. Dans l’incubateur, on s’entraide, on se pose des questions, on s’échange nos contacts, on partage une expérience… tout ça n’a pas de prix ! On est tous devenus de vrais amis. Etre ici m’a vraiment aidé à propulser Submind !

submind le25 Matthias

Matthias dans les locaux d’Alptis

Submind et toi … dans 5 ans ?

Aujourd’hui, tous les voyants sont au vert. Il faut que je tienne la cadence de fabrication et que je vende les produits Submind. Dans 5 ans, j’imagine avoir mon usine, une quinzaine de collaborateurs… et des invitations aux 4 coins du monde pour faire de la plongée. Ma force commerciale, c’est la convivialité que je vais créer avec ces gens-là. Après je ne sais pas, j’ai des idées plein la tête… Une chose est sûre, je resterai entrepreneur. J’aime cette indépendance, ce plaisir qui fait qu’on sait pourquoi on se lève le matin, le fait d’être maître de son destin. Et en plus, on fait rêver des gens !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA
Rafraîchir l'image

*