« L’investissement est important mais la souplesse aussi »

Par Mathieu

Myriam Lamb est infirmière libérale en Savoie. Le choix de l’indépendance ? Elle l’a fait à 29 ans après plusieurs années passées en hôpital. Le bilan ? La satisfaction d’exercer son métier avec ses propres exigences.

Pourquoi avoir fait le choix de vous installer en libéral ?

Pour être en cohérence avec ma manière d’envisager le soin et le rapport avec les patients. La pratique en structure hospitalière me frustrait. Je considère aussi que le statut d’indépendant permet, dans ma profession, d’être justement payé par rapport au travail fourni. La rémunération est proportionnelle à l’investissement personnel. Si je me dirigeais naturellement vers le soin à domicile que j’avais déjà expérimenté une année en Suisse, ce sont les deux principales raisons qui ont guidé mon choix. J’ai intégré un cabinet libéral en répondant à une annonce durant deux ans et demi. Puis, en 2013, j’ai décidé d’ouvrir, sur un secteur géographique qui en était dépourvu, mon propre cabinet en association avec deux autres infirmières.

L’association était une évidence ?

Oui car une infirmière doit être joignable 24h/24 et 7j/7, impossible de gérer ça seul. Nous sommes 3. Outre le fait de partager le travail, cela permet de confronter des points de vue, des informations. C’est stimulant. Cela demande toutefois une adaptation par rapport à une pratique individuelle. Il faut apprendre à composer mais cela vaut vraiment la peine.

Comment conciliez-vous votre vie de famille et l’investissement nécessaire au statut d’indépendant ?

Très bien. Je trouve d’ailleurs que pour moi les choses sont moins difficiles à concilier aujourd’hui que si j’étais salariée d’une structure. J’ai deux enfants en bas âge. Avec mon activité je peux adapter et varier mes horaires. Je peux aussi rapidement faire une course rapide entre deux déplacements. Ce travail en libéral représente un investissement très important mais il offre dans le même temps beaucoup de souplesse. Cela permet de trouver un équilibre. D’autant plus que je peux faire chez moi toute la partie administrative de mon travail.

Quels conseils donneriez-vous à de futurs indépendants ?

D’être motivé car il ne faut pas compter ses heures et ne pas avoir peur de prendre des décisions de manière autonome. De bien s’assurer aussi. Le budget assurance est souvent conséquent. Pour moi il représente près de 600€ par mois entre l’assurance invalidité, l’assurance santé, l’assurance du local ou l’assurance voiture qui est un élément essentiel de ma profession. Quand on est indépendant, il faut penser à tous à ces risques car notre activité ne repose que sur nous. Et qui dit activité dit notre niveau de vie et celui de notre famille.