Que nous disent les étiquettes alimentaires ?

Par Pascal

Des mots barbares et des caractères de taille minuscule : les étiquettes alimentaires n’invitent pas à la lecture. Elles méritent pourtant qu’on s’y attarde pour déjouer quelques pièges… Les éclairages de Ketty Jabaudon, diététicienne.

Ce qu’il faut regarder

Soyez attentifs à la liste des ingrédients. Elle est toujours proposée par ordre décroissant, c’est-à-dire du plus au moins abondant. Ainsi, lorsque le sucre apparaît dans les premiers ingrédients d’un plat cuisiné, cela signifie qu’il est présent en trop grande quantité.

Teneur en sodium, le piège ?

Prudence là aussi. Comme les fabricants ne sont pas obligés de mentionner la teneur en sel, ils se contentent souvent d’indiquer la quantité de sodium. Or, le sodium ne compte que pour 40 % dans la constitution du sel, les 60 % restants étant du chlore. Autrement dit, lorsque l’étiquette d’un produit indique « Sodium 1g », cela signifie que le produit contient 2,5 g de sel ! C’est énorme car nous n’avons besoin que d’environ 4 g de sel par jour.

« Sans sucre », oui mais…

Parmi les allégations qui entretiennent la confusion, le « sans sucre » décroche la palme ! En effet, le « sucre » (sans « s ») n’englobe que le saccharose (de betterave ou de canne à sucre). Autrement dit, un produit peut afficher peu de « sucre » tout en contenant beaucoup de « sucres » qui pèseront sur la balance ! Autre notion confuse : celle des produits « sans sucres ajoutés ». Certes, ces produits ne contiennent aucun glucide incorporé durant la préparation, mais les ingrédients de base peuvent contenir des glucides, en n’importe quelle quantité.

3 conseils pour mieux manger :

  • Faites le marché et cuisinez : On le sait, les industriels agroalimentaires usent et abusent du sucré/salé pour rehausser le goût de leurs préparations. Les produits frais restent le meilleur rempart contre ce phénomène.
  • Mangez moins gras : Pensez-y lorsque vous faites vos courses : un plat contenant plus de 10 % de lipides est considéré comme gras. Idem pour un fromage blanc qui dépasse les 4 % de matière grasse sur le produit fini et 20 % sur l’extrait sec.
  • Dites oui aux fruits et légumes surgelés. Souvent moins chers que les produits frais, ils possèdent les mêmes qualités nutritionnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA
Rafraîchir l'image

*