9 idées reçues sur la santé du cœur

Par Mathieu

Bon mauvais cholestérol, meilleur aliment pour le cœur, les maladies cardiaques chez les femmes… Connaissez-vous les idées reçues sur la santé du cœur ? Pour favoriser une bonne santé du cœur, faisons le point pour vous aider à vous défaire de vos idées préconçues. Des clés pour mieux prendre soin de son corps.

Connaissez-vous les facteurs de risques cardiaques ?

Les jeunes, non concernés par les maladies cardiovasculaires

Idée reçue n°1 sur la bonne santé du cœur : « Je suis jeune, je n’ai pas de risque cardiovasculaire »

On sait qu’avec l’âge, les facteurs de risque cardiovasculaire augmentent. Mais il ne s’agit pas non plus de maladies de personnes âgées. En effet, à cause du stress ou encore de l’obésité qu’induisent nos modes de vie actuels, les artères se calcifient et se rigidifient davantage, ce dès 35-40 ans ! Ainsi, les moins de 40-45 ans représenteraient entre 10 et 30 % des morts subites cardiaques.

Maladies cardiovasculaires statistiques : les femmes peu touchées

Idée reçue n°2 sur la bonne santé du cœur : « En tant que femme, j’ai peu de chance de souffrir de complications cardiovasculaires »

En France, 1 femme sur 3 meurt d’une maladie cardio-vasculaire. Alors non, les maladies cardiovasculaires ne sont pas l’apanage des hommes ! C’est d’ailleurs pour lutter contre cette idée qu’un Red Day a été instauré, une journée de sensibilisation aux maladies cardiovasculaires chez les femmes, lancée aux Etats-Unis en 2006. Il faut dire que les symptômes de l’infarctus chez la femme varient par rapport l’homme, puisqu’au lieu de la douleur thoracique, bien connue, elle est plus susceptible de souffrir d’essoufflement, nausées et vomissements, douleurs dans le dos et la mâchoire. Pour cette raison, les femmes sont souvent moins bien diagnostiquées. Pourtant, c’est la 1re cause de mortalité chez la femme. Néanmoins, c’est encore chez les hommes que se concentre la recherche…

Santé cœur : des facteurs de risques génétiques seulement

Idée reçue n°3 sur la bonne santé du cœur : « Mon père a été victime d’un infarctus, c’est génétique, je risque fortement d’être touché »

Comment soigner son cœur naturellement ? On a longtemps surévalué les facteurs génétiques. Les antécédents familiaux d’accident cardiaque sont certes un indicateur important, mais il ne faut pas négliger les facteurs environnementaux (alimentation, mode de vie, hygiène de vie). Ils ont le pouvoir de stimuler ou d’inhiber le risque cardiaque génétiquement présent.

Il faut prêter une attention plus appuyée aux accidents cardiaques précoces parmi ses proches (avant 55 ans pour un homme et avant 65 ans pour une femme).

Téléconsultation médicale remboursement

Savez-vous à quel point le sport est bon pour le cœur ?

Faire du sport bon pour le cœur = ne pas être sédentaire

Idée reçue n°4 sur la bonne santé du cœur : « Je fais du sport 1h par semaine, je ne suis pas sédentaire, je n’ai rien à craindre pour mon cœur »

Pratiquer une activité physique régulière est encouragée par la médecine. C’est une grande réponse à la question « Comment avoir un cœur en bonne santé ? ». Mais, ça ne fait pas tout ! L’Inserm recommande une activité physique modérée fréquente. Comprenez : pratiquer un peu tous les jours et ainsi développer une bonne hygiène de vie. Parlons chiffres pour être plus clair : 30 minutes d’activité modérée 5 jours par semaine est le seuil à partir duquel on commence à augmenter le diamètre des artères.

Faire du sport pour le cœur : ne pas se mettre au sport trop tard

Idée reçue n°5 sur la bonne santé du cœur : « J’ai passé la cinquantaine, je n’ai jamais été sportif, trop tard pour m’y mettre »

Ne jamais dire jamais ! L’important est d’y aller progressivement. Ça vaut pour une personne qui n’a jamais fait de sport mais aussi pour quelqu’un qui cherche à se remettre au sport pour entretenir son cœur. Le simple fait de se promener peut aider, car sachez qu’1h de marche à 7 km/h 3 fois par semaine améliore de 12 % les performances de la pompe cardiaque, soit un des remèdes naturels pour le cœur !

Bouger plus peut commencer par :

Sport et cœur : pas d’effort physique en cas de souci cardiaque

Idée reçue n°6 sur la bonne santé du cœur : « Je ne peux pas faire de sport, j’ai une maladie de cœur »

Avec des problèmes cardiaques, on pourrait penser qu’il faut en faire le moins possible pour reposer son cœur fatigué. On sait désormais qu’on peut faire du sport bon pour le cœur, à condition qu’il soit encadré par un bilan cardiologique. Pour mieux atteindre ses objectifs, mieux vaut obtenir l’avis de son médecin.

En pratiquant une activité physique régulière, votre cœur supportera mieux l’effort, les risques de caillots sanguins seront réduits grâce à un sang fluidifié, votre taux de glucose et de lipides sanguins s’abaissera, etc.

Adoptez-vous une alimentation bonne pour le cœur ?

Cœur et nutrition : bien manger = manger non gras

Idée reçue n°7 sur la bonne santé du cœur : « Je mange moins gras, ça écarte tout risque de maladie cardiovasculaire liée à l’alimentation »

On met souvent en avant le gras dans les facteurs de risque. Il est vrai que le cholestérol est déclencheur de maladie cardiaque à 54 %. Mais on oublie trop souvent que la glycémie est aussi à surveiller ; le diabète est l’explication d’une maladie cardiaque dans 12 % des cas. Vigilance donc : les sucreries sont aussi des aliments ennemis du cœur.

Cœur et alcool : boire du vin bon pour le cœur

Idée reçue n°8 sur la bonne santé du cœur : « En buvant du vin tous les jours, je protège mon cœur »

Vous avez certainement entendu parler des polyphénols contenus dans le vin rouge, des molécules aux propriétés vasodilatatrices bénéfiques pour le cœur. Néanmoins, le vin est loin d’être considéré comme un aliment bon pour le cœur et les artères ! Il ne faut pas oublier les méfaits de l’alcool. Il est formellement recommandé de se limiter à 1 ou 2 verres maximum par jour, avec 2 jours d’abstinence par semaine.

Un taux de cholestérol normal est bon signe pour le cœur

Idée reçue n°9 sur la bonne santé du cœur : « J’ai un taux de cholestérol bas, je n’ai pas de souci à me faire de ce côté-là »

Un taux de cholestérol élevé dans le sang augmente les risques de développer une maladie de cœur. Certes. Mais il n’est pas suffisant de vérifier simplement son taux de cholestérol. Bon cholestérol mauvais cholestérol : cette notion a son importance. Il faut aussi se préoccuper d’avoir un bon cholestérol élevé. C’est pourquoi « on recommande le régime méditerranéen : l’huile d’olive extra-vierge, aliment bon pour le cœur grâce aux polyphénols, restaure les propriétés du HDL (bon cholestérol, ndlr) », explique Pr Pierre Weinmann, auteur de Rajeunir, mon cœur dit oui ! Comment protéger nos artères et notre cerveau ? aux Éditions Albin Michel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA
Rafraîchir l'image

*