Environnement et dépendance

Par Mathieu

À quoi reconnaît-on un logement bien adapté à l’avancée en âge ? Celui qui y vit quotidiennement s’y trouve bien et en sécurité. C’est un havre de tranquillité, mais il facilite et favorise l’activité. On peut y circuler, y recevoir, en sortir et y entrer sans difficulté. Il ne demande pas d’efforts excessifs pour son entretien. Et, surtout, il permet dès aujourd’hui d’anticiper sur les contraintes de mobilité du grand âge. Si le lieu d’habitation d’un proche vieillissant n’a pas ces qualités, peut-être faut-il en discuter avec celui-ci.

L’accès est-il facile ?

Posez-vous des questions sur la façon dont la personne accède à son logement. Les points de vigilance :

Les petits dénivelés

Le cheminement idéal est l’accès horizontal de plain-pied, sans  dénivelé ni obstacle, avec des distances assez réduites. Une place de parking ou un  garage situés un peu loin, au bout d’une pente, représenteront un obstacle suffisant  pour inciter à renoncer à l’usage de la voiture.

Les escaliers et les ascenseurs

2500 € c’est le prix de départ d’un monte-escalier (escalier droit).

Dans les bâtiments d’habitation comportant plus de trois étages au-dessus ou au-dessous du rez-de-chaussée, la législation impose l’installation d’un ascenseur devant desservir tous les étages. Sa taille doit être suffisante pour accueillir un fauteuil roulant manuel, avec un dossier légèrement incliné et des repose-jambes, et son aidant. Mais, dans l’habitat ancien, il est parfois impossible à deux personnes de prendre l’ascenseur debout avec un fauteuil replié. On peut alors négocier avec la copropriété l’installation d’un siège strapontin pour les personnes fatigables ou une mise aux normes. Si rien ne change, c’est un motif réel de déménagement.

Une circulation intérieure sans risques ?

Des appuis sûrs

Une personne qui marche mal préférera de courtes distances et cherchera des appuis sûrs, rapprochés. Elle se servira naturellement des meubles, des murs, des poignées de porte ou des vieux interrupteurs de porcelaine. Il ne faut pas hésiter à fixer ou à lester tous les éléments qui sont au sol.

Des ouvertures sans effort

Veillez au sens d’ouverture des portes, notamment dans les WC et la salle de bains. Une porte  orientée vers l’extérieur agrandit l’espace et facilite l’intervention en cas de chute. Pensez aux portes coulissantes (moins de 100 € dans les grandes enseignes de bricolage) ou à débattement elliptique, qui se replient (entre 100 et 400 €) et qu’on peut, selon le modèle, ouvrir en poussant.

Des sols anti-chutes

La moquette rase est préférable aux superpositions de tapis, qui se replient. Il existe également des gammes de carrelage antidérapant à partir de 6 € le m2, ou des systèmes adhésifs double face permettant de fixer le tapis au sol pour éviter les chutes (12 € le rouleau de ruban antiglisse de 3 m x 5 cm).

Tout d’abord rechercher le pratique !

Traquez et tentez de supprimer les aménagements qui obligent à des gestes pénibles, qui demandent des efforts multi-quotidiens, présentent des dangers (de chute notamment) ou qui sont simplement désagréables. Doivent être adaptés :

Les systèmes de fermeture

Les portes, portails, volets et fenêtres peuvent devenir de vrais calvaires s’ils demandent un effort physique répété. Favorisez des stores électriques (à partir de 130 € dans les grandes enseignes de bricolage) plutôt que manuels, ou des portes légères, faciles à utiliser. Une lourde porte palière ou la complexité de sa serrure peuvent faire renoncer à une sortie.

Les éléments de stockage

Des tâches ménagères qui s’accumulent ? Vérifiez et proposez des solutions d’aménagement et de rangement pour éviter les courses empilées dans une cave à laquelle conduit un escalier, des verres et assiettes rangés au fond du placard du haut, un congélateur à l’autre bout de la maison, des produits ménagers cachés sous l’évier et inaccessibles sauf à se mettre à genoux…

L’énergie, l’eau

Les compteurs et les robinets peuvent être rendus accessibles pour une meilleure gestion autonome des éventuelles pannes du quotidien. Téléphone, interphone et autres appareils électriques doivent être maniables facilement.

La salle de bains : le lieu de tous les dangers

Une baignoire ou une robinetterie mal adaptées comportent de vrais risques. Faites le tour des points chauds :

Le lavabo

Il doit être fixé à bonne hauteur, c’est-à-dire à celle qui convient à la personne assise ou debout. Pour ça, il suffit d’observer ses habitudes d’utilisation actuelles. Certains modèles ont une forme de courbe inversée qui permet d’y prendre appui avec les coudes. L’absence de meuble sous la vasque est un détail important car cela permet de glisser ses jambes en dessous en position assise.

La robinetterie

Le choix dépend de l’amplitude du mouvement à accomplir pour atteindre le robinet, de la capacité à le manipuler et de la force requise pour bien le fermer. Les croisillons, les robinets cruciformes et le mitigeur sont plus simples à manipuler.

Dépendance et Envrionnement

Domotique : maintenant abordable

De nombreuses tâches peuvent être automatisées à distance. Pourquoi s’en priver, d’autant que les prix ont beaucoup baissé ?

Le contrôle d’environnement

La porte d’entrée, les volets et l’éclairage, regroupés de préférence, sur un boîtier unique, changent la vie quotidienne, en particulier dans les maisons un peu grandes. Les marques Kéo, Nemo, Housemate Control ou BJ Live proposent ce produit (tarif sur demande).

Le confort assis ou allongé

Canapés et lits peuvent être automatisés. Ces produits technologiques à l’image ringarde ont gagné en lignes élégantes. Ils apportent un confort avec leurs éléments qui peuvent être maniés séparément, pour une meilleure position assise ou allongée (prix sur demande auprès des magasins spécialisés).

À connaître:
Faciliter l’usage de la salle de bains
Le rebord de la baignoire devient difficilement franchissable avec le temps. Il est conseillé de remplacer la baignoire par une douche aisément accessible : un bac extraplat permettra d’être confortablement assis sur un siège de douche et ne demandera aucune souplesse d’enjambement.
Bac à douche extraplat : de 75 à 300 €, disponible dans les grandes enseignes de bricolage.

 

Dépendance et perte d’autonomie : téléchargez ou commandez votre guide gratuit

* champs obligatoires
Vous êtes

Alptis agit en tant que responsable de traitement. Les données collectées sont traitées sur la base de votre consentement. Elles sont traitées exclusivement aux fins d’envoi d’informations relatives au « Guide Dépendance » et communications associées. Elles sont destinées aux seuls services internes d’Alptis et elles ne sont pas transmises à des tiers. Alptis prend toutes les précautions propres à assurer la sécurité et la confidentialité de vos données personnelles. Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent ; vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données. Vous pouvez exercer ces droits, en justifiant de votre identité, à l’adresse suivante : contact-cnil@alptis.fr ou par courrier à : Alptis, 25 cours Albert Thomas, 69445 Lyon cedex 03


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA
Rafraîchir l'image

*