Je suis frontalier concerné par la réforme de l’assurance santé des frontaliers, quelle démarche dois-je effectuer pour m’affilier auprès de l’Assurance maladie française ?

Vous devez constituer et envoyer votre dossier de demande d’affiliation à l’Assurance maladie avant l’échéance de votre assurance santé frontalier privée. Le dossier complet doit être envoyé  à la CPAM de votre département de résidence.

Une fois votre affiliation à l’Assurance maladie française validée, il vous suffira de mettre votre carte vitale à jour si vous en possédez une. Si vous ne possédez pas de carte vitale, vous recevrez une attestation de droits avec un numéro d’affiliation provisoire, ainsi qu’un formulaire de demande pour obtenir votre carte vitale.

La carte vitale doit être présentée à chaque consultation médicale ou chez le pharmacien.

Elle permet un remboursement plus rapide de vos soins de santé, ainsi qu’un lien avec la complémentaire santé, ce qui évite dans la majorité des cas, des avances de frais.

La couverture assurance santé ouvre droit, pour le frontalier et ses ayants-droit, au remboursement des soins en cas de maladie ou de maternité aux même conditions et taux de remboursement que n’importe quel autre assuré social français. Il est toutefois conseillé de souscrire une complémentaire santé afin de couvrir la partie des frais restant à charge.

A noter que, pour les frontaliers actifs, les accidents professionnels et non professionnels, les maladies professionnelles, l’invalidité relèvent obligatoirement du régime suisse.

Votre affiliation à la l’Assurance santé française vous ouvrira également un compte sur le site ameli.fr. Ce compte vous permettra de suivre le remboursement de vos soins ou encore d’effectuer en ligne des démarches relatives au suivi de vos droits en matière de santé (Commande de votre Carte Européenne d’Assurance Maladie par exemple).

Enfin, la CPAM vous demandera de choisir votre médecin traitant, soit en France, soit en Suisse (via un formulaire accessible sur le site ameli.fr). Si votre choix se porte sur un médecin pratiquant en Suisse, celui-ci devra signer une convention avec la CPAM pour respecter le cadre du parcours de soins. Si vous faîtes le choix de ne pas désigner un médecin traitant la Sécurité Sociale ne vous remboursera qu’à hauteur de 30% au lieu de 70%.