La naturopathie pour soigner les maux de l’été

Par Pascal

La naturopathie trouve son origine dans la médecine traditionnelle de la Grèce antique, il y 2500 ans. Adaptée à tous, sans critère d’âge, elle mise sur la stimulation de mécanismes naturels d’auto-guérison, c’est-à-dire sur leur renforcement, plutôt que sur l’élimination des symptômes. Franck Berthet, naturopathe, nous explique comment adapter cette médecine douce aux maux de l’été.

Moustiques : des répulsifs dans mon jardin

Les moustiques sont réputés pour gâcher les soirées estivales ! Afin de venir à bout de ces petites bêtes coriaces, la citronnelle, le thym, le citron, la mélisse, la verveine citronnelle, les pélargoniums odorants (plantes fleuries) et le basilic à petites feuilles sont des répulsifs efficaces, à faire pousser dans son jardin. Plus pratiques à transporter, et tout aussi puissantes, l’huile essentielle de pélargonium (géranium) et celle d’eucalyptus citronné se diluent dans de l’huile végétale de noisette. Appliquées toutes les heures sur le corps et le visage, elles protègent petits et grands.

Piqûres : comme un air de Provence…

On connaissait la lavande en sachets à glisser dans son placard. Elle se décline en huile essentielle idéale pour soigner les piqûres sans gravité. Inoffensive pour les enfants, elle calme les douleurs, les inflammations et les irritations cutanées. En cas de piqûre de méduse, la prescription est la même, mais sur une peau bien préparée pour veiller à la disparition des restes de cellules urticantes, tentacules et filaments. Commencez par un nettoyage de la surface à traiter, de préférence à l’eau de mer, puis enlevez les cellules urticantes accessibles à l’aide d’une pince à épiler. Recouvrez ensuite la zone de sable, laissez sécher avant de retirer délicatement la pellicule avec un carton. Une fois la peau débarrassée des éléments nocifs, lavez-la une nouvelle fois. Laisser sécher puis appliquer un antiseptique – l’eau d’argent, par exemple. Après un temps de pause, vous pouvez enfin enduire la partie affectée de quelques gouttes d’huile essentielle de lavande (diluée).

Naturopathie

Coups de soleil : l’aloe vera, une renommée internationale

Il y a 5 000 ans, dans la Grèce antique et l’Égypte ancienne, l’aloe vera (ou aloès) acquérait ses premières lettres de noblesse. Une réputation qui s’est répandue dans le monde entier, faisant de cette plante médicinale l’une des plus puissantes et utilisées qui soient. Commercialisée sous forme de gel, elle s’applique en cataplasme sur n’importe quelle brûlure jusqu’à disparition de la douleur. Un traitement sans risque pour la santé de l’enfant et de l’adulte. Attention cependant à ne pas utiliser la plante pure, dont les filaments présents à l’intérieur contiennent une substance toxique pour la peau. Moins célèbre, l’huile de millepertuis, photosensibilisante, accélère la guérison.

Coups et hématomes : il n’y a pas que l’arnica qui compte !

C’est bien connu, toutes les mères de famille ont de l’arnica dans leur pharmacie. En baume, en huile ou en granules, il vient à bout des petits bobos du quotidien. Mais qui connait l’hélichryse, ou immortelle, dont la beauté lui a valu de couronner les statues d’Apollon ? Cette plante vivace typique du pourtour méditerranéen est pourtant le plus puissant des anti-hématomes. Une goutte d’huile d’hélichryse diluée dans une huile végétale suffit à soulager le traumatisme. L’inconvénient ? Son coût élevé, entre 20 et 30 € la bouteille de 5 ml. Attention à son application sur la peau d’un enfant car elle contient une cétone extrêmement nocive.

la naturotherapie qu'est ce que c'est

Turista et autres troubles digestifs : l’origan, naturellement

Ingrédient favori des filtres d’amour – quelques feuilles dans le repas de son bienaimé et son coeur vous appartiendra pour toujours – l’origan agit également comme un antiseptique. Idéal dans les aspects aigus des troubles digestifs tels que les diarrhées, il se présente dans le commerce sous forme de capsules. Une fois ingérées, elles libèrent des propriétés antibactériennes, antivirales, antifongiques et antiparasitaires. La posologie pour un adulte est de deux capsules matin, midi et soir au cours du repas jusqu’à retour à la normale. Celle pour un enfant est à déterminer auprès d’un professionnel.

Mal des transports : gingembre et menthe poivrée

Plante principale en médecine ayurvédique indienne, le gingembre est connu de la naturopathie pour sa capacité à prévenir ou à arrêter les nausées et les vomissements. 250 mg à 1 g de poudre de gingembre, une heure avant le départ – à renouveler toutes les quatre heures jusqu’à disparition des symptômes – et le voyage n’en sera que plus agréable. Plus complète, une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée diluée dans un peu d’huile végétale (3 ml), trois fois par jour, permet de lutter contre les maux de coeur et de tête. On peut le prendre de deux façons, en olfaction (à respirer) ou oralement (à ingérer).